Shodan

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Une visite à la Kirina Baduk Dojan

Envoyer Imprimer

Paul SchmitCet hiver, j'ai finalement eu la chance d'explorer - au delà des livres - ce qu'est réellement la vie du go en Corée. Merci aux contacts de mon ami Laurent Heiser (6 dan, de Luxembourg comme moi) qui m'ont fait découvrir une école de go à Pyeonchong, au sud de Seoul : la Kirina Baduk Dojan

Une visite à la Kirina Baduk Dojan 기린아바둑학원

Depuis une dizaine d'années, le go est devenu extrêmement populaire parmi les jeunes. Ce n'est plus seulement un loisir pour retraités comme au Japon. Les professionnels de go coréens dominent maintenant la scène mondiale, et les joueurs les plus forts sont très jeunes. C'est la conséquence de l'extrême sévérité du système de sélection. C'est aussi probablement l'œuvre des 200 écoles d'INSEI réparties dans tout le pays. La Kirina Baduk Dojan, qui compte environ 120 étudiants, est parmi les meilleures institutions. La plupart des joueurs d'un certain âge se souviennent probablement de Yoo Jongsoo qui faisait ses études en Allemagne dans les années 80. Il a participé, comme ancien champion amateur de Corée, à la progression du niveau européen. Il est maintenant instructeur à la Kirina Baduk Dojan. À ses côtés, pour superviser les études et enseigner le go, figurent Park Sung Soo (3 dan professionnel, ancien instructeur de Lee Sedol), qui apparaît périodiquement à la télévision, ainsi que deux enseignants, dont M. Song. L'école ouvre à 9h30 et ferme à 21h, avec une heure d'interruption pour le déjeuner et une autre pour le dîner qui est habituellement pris dans les restaurants voisins. Sur les 120 étudiants inscrits, 20 ou 30 seulement souhaitent devenir professionnels. La scolarité étant obligatoire jusqu'à 13 ans, les plus jeunes rejoignent les autres seulement après la classe, habituellement tous les jours de la semaine. Le propriétaire et directeur de la Kirina est M. Hang Kim, un très fort joueur amateur, diplômé en philosophie et très attaché à l'œuvre de Ludwig Wittgenstein.

Grâce à la médiation de Yoo Jongsoo, j'ai ainsi été invité à l'école de go pendant plus de 2 semaines en janvier. Âgé de 52 ans, bloqué au niveau 2 kyu, je vous assure que c'est une expérience enrichissante de jouer contre des enfants de 6 ans. J'ai ainsi eu le privilège (!) de jouer - et de réduire le handicap à deux pierres - contre un 2eme dan de 6 ans, champion coréen de sa classe d'âge. Je jouais quelques parties seulement par jour, mais j'ai toujours eu un commentaire détaillé des instructeurs. Un des secrets de la force des joueurs coréens, habitués dès le plus jeune âge aux exercices de tsumego, est certainement leur puissance de lecture. Avec des crayons, les élèves écrivent leurs solutions dans des livres de problèmes qu'ils soumettent régulièrement aux professeurs pour la correction. L'atmosphère studieuse de la Kirina Baduk Dojan était vraiment exceptionnelle ; le contact étudiant-instructeur était très étroit et je n'ai jamais vu de professeurs si appréciés et si respectés.

Lors des fréquentes visites dans les restaurants voisins, je découvrais tous les jours, après les cours, les trésors de la cuisine coréenne. Je me souviens, notamment, d'une inoubliable soirée avec M. Kim dans une confortable brasserie. J'ai également apprécié une rencontre avec M. Chun Sam Jho (7-dan pro) qui fréquentait régulièrement les événements internationaux et faisait un effort particulier pour la promotion du go en Europe de l'Est. Mon expédition en Corée fut donc un plein succès. Quant à mon jeu, merci aux jeunes et aux adultes pour cette accablante et inoubliable expérience.

Les photos du reportage

Mise à jour le Samedi, 16 Juin 2012 15:35